HÉLÈNE AGUILAR

OÙ EST LE BEAU ?

QUELLES SONT LES RAISONS QUI T'ONT POUSSÉ À DÉMARRER TON ENTREPRISE ?

Un grand besoin de liberté et surtout l’envie de faire ce que j’aime vraiment.

J’ai travaillé quelques années en tant que juriste dans un grand groupe pharmaceutique, mais il me manquait quelque chose et je sentais que si je restais dans cette voie, j’allais passer à côté de ma vie. 

À la veille de mes 30 ans, j’ai décidé de prendre le temps de faire ce qui me plaît vraiment. Très tôt, j’ai été attirée par les objets, leurs formes et j’avais aussi beaucoup de curiosité pour le travail manuel et l’artisanat. Puis, j’ai découvert le design, qui ça m’a amené à m’intéresser à l’architecture et à l’art contemporain. 

Et tout ça a commencé à prendre une grande place dans ma vie et à me nourrir beaucoup plus que tout ce que j’avais entrepris auparavant.

J’ai passé beaucoup de temps à faire des études, à ajouter des lignes à mon CV, sans réellement prendre le temps de faire des choses qui m’épanouissent vraiment.
Je crois que ce qui m’a motivée à créer ma boîte, c’était une volonté de faire des choses qui avaient/ont du sens pour moi. En tout cas, depuis que j’ai commencé, je me lève tous les matins avec une énergie incroyable !

PARLE-NOUS DE TON ENTREPRISE :

Lorsque j’étais salariée, j’avais pris l’habitude d’écouter des podcasts, car avec presque 2 heures de transport par jour dans des métros et RER blindés, il fallait bien s’occuper. Nombreux épisodes et témoignages m’ont d’ailleurs aidé dans ma remise en question à l’époque.

Au fil des mois, je suis devenue complètement addict ! Le podcast est un format hyper intimiste, qui nous embarque dans des discussions souvent passionnantes et surtout qui s’inscrit dans un temps relativement long, qui permet d’aller au fond des choses.
 
Rapidement, je me suis aperçue qu’il n’y avait pas - en tout cas en français – de podcasts qui faisaient parler les créatifs. Je me suis dit que si ça me manquait, ça manquait sûrement à d’autres auditeurs et aujourd’hui, j’ai ma réponse… effectivement nous étions nombreux à l’attendre ! Et c’est comme ça que j’ai lancé le 1er podcast du Design en français.

Pourquoi le choix du podcast pour aborder des sujets si visuels ? D’abord parce que, comme je le disais, je suis une grande fan de podcasts et que je suis aussi très curieuse de connaître les histoires qui se cachent derrière tout ce qui fait notre quotidien et qui peut se trouver dans nos intérieurs. Et pour moi, le meilleur moyen de comprendre ce qu’est le design et ce qui se passe aujourd’hui dans les industries créatives, c’était justement d’inviter des créatifs à nous raconter leur histoire ! 


« Où est le beau ? » est un podcast dans lequel je reçois, tous les jeudis, des personnalités créatives inspirantes qui font le Beau d’aujourd’hui. Ils sont designers, architectes, artistes, artisans d’art, scénographes, éditeurs, et bien d’autres.
Sur le podcast, on parle sans chichi et de façon accessible, de design, de savoir-faire, d’art, d’architecture, d’artisanat, de processus créatif, de techniques de fabrication et de beaucoup d’autres choses.

Vous pouvez écouter mes invités nous parler de leur travail et leur quotidien sur toutes les plateformes de podcasts (notamment apple podcast, spotify, stitcher, castbox, acast, podbean, youtube, etc).

QUELLES ONT ÉTÉ LES PREMIÈRES ÉTAPES POUR FAIRE DÉCOLLER TON ACTIVITÉ ?

La première chose que j’ai faite, c’est créer un compte Instagram pour montrer mon univers et partager mes découvertes design, archi et art. Je crois que la présence en ligne et notamment sur Instagram est indispensable, non seulement pour tester notre contenu, mais aussi pour créer une communauté et du lien avec mes auditeurs.

En plus du podcast, j’ai donc deux rdv journaliers sur Instagram :

- un rdv entre midi et deux, en story avec la chronique « où est le beau aujourd’hui ?» et dans laquelle je partage 3 photos inspirantes trouvées le jour-même parmi une fine sélection de comptes Instagram. 

- un post que je fais en fin de journée et dans lequel je mets à l’honneur un créatif dont j’apprécie le travail ou un lieu que j’aime bien et là je développe en quelques lignes l’univers de cette personne ou de ce lieu. 

Vous pouvez découvrir mon compte Instagram en cliquant ici.

La seconde chose que j’ai faite, c’est travailler sur la ligne éditoriale du podcast. Mais finalement, elle s’est imposée assez naturellement. Avec mes invités, on discute pendant environ 30 minutes de leur univers et de leur travail, ensuite, ils nous donnent leur définition du Beau et l’illustrent avec quelques exemples. On termine par des petites questions courtes du type : ce qui est le plus satisfaisant pour eux dans leur travail, une adresse qu’ils aimeraient partager, etc.

Lorsqu’on développe un média, la qualité du contenu est primordiale. J’ai la chance de toujours recevoir un bel accueil lorsque je sollicite mes invités pour une interview. Et en parallèle, je fais énormément de veille pour toujours proposer à ma communauté de découvrir des univers peu ou pas connus et que l’on n’a pas déjà vu partout.

QUEL A ÉTÉ LE MOYEN LE PLUS EFFICACE POUR ATTIRER DES CLIENTS AU DÉBUT DE TON ACTIVITÉ ET QUELLES SONT TES ASTUCES POUR CONSTAMMENT EN ACQUÉRIR DE NOUVEAUX ? 

Il n’y a pas de recette magique. Dans mon cas, ça a été de me concentrer sur la qualité et la régularité de mon contenu; ensuite, le bouche à oreille a pris le relais.

Aujourd’hui, @ouestlebeau est en quelque sorte une « vitrine » qui me permet de montrer ma sensibilité et mon expertise. À partir de là, des marques ont commencé à me contacter pour réaliser des podcasts en marque blanche, pour de la curation, de la création de contenus, animer des conférences, etc.

J’étudie actuellement des propositions de sponsoring du podcast, le temps d’écoute disponible est précieux et il est donc indispensable pour moi d’être très exigeante afin que mes auditeurs en tirent un réel bénéfice.

QUELS ONT ÉTÉ TES PLUS GROS CHALLENGES À CE JOUR ?

Les podcasts sont à la mode. Pourtant, beaucoup de personnes ne savent pas comment faire pour les écouter et s’abonner sur leur smartphone. De nombreuses applications d’écoute sont disponibles et ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver lorsqu’on débute.

Donc un de mes gros challenges est de faciliter l’accès du podcast dans le quotidien d’un plus large public et ainsi de faire découvrir le podcast @ouestlebeau à de nouveaux auditeurs.

L’autre challenge est de rendre plus abordable le domaine du Design et des industries créatives en général. L’objectif avec cette question « Où est le beau ? » est justement d’inviter les curieux, qu’ils soient initiés ou non, à porter un nouveau regard sur le design, l’art ou encore l’architecture d’intérieur.

COMMENT AS-TU SURMONTÉ CES DÉFIS ?

Je dirai que j’ai souvent eu la chance de croiser les bonnes personnes au bon moment et du coup, j’ai reçu des conseils et des soutiens précieux au lancement de mon projet. 

C’est d’ailleurs à la suite de discussions avec ceux qui me suivent depuis le début, que j’ai décidé que cette question « Où est le beau ? » - qui était initialement une simple chronique en story – allait devenir le nom du média dans sa globalité. J’aime questionner sur cette notion du « Beau » qui est assez tabou, vaste et subjective. L’idée n’est pas d’apporter des réponses précises à cette question, c’est plutôt une invitation à la découverte.

Mais surtout je reste constamment focus sur mes propres objectifs et ma ligne directrice.

Les conseils qui ont marché pour moi : 

Ne jamais cesser d’aller vers ce qui nous plaît vraiment ,
Ne pas trop réfléchir, on apprend en marchant !

Où est le beau ?

QU'EST-CE QUI TE PLAÎT DANS LE FAIT D'ÊTRE TON PROPRE PATRON ?

Ce qui aujourd’hui n’a pas de prix, c’est la liberté que j’ai, c’est certain. Après je dirai, le fait de voir mes propres décisions prendre vie et avoir un impact réel.

Peut-être aussi, le fait de pouvoir choisir les personnes avec lesquelles je travaille. Et d’une manière générale ce qui me plaît beaucoup, c’est de trouver des solutions ; et je crois que c’est une grande partie du temps d’un entrepreneur !

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À D'AUTRES FEMMES ENTREPRENEURS ?

Les conseils qui ont marché pour moi : 

- Ne jamais cesser d’aller vers ce qui nous plaît vraiment ;
- Ne pas trop réfléchir, on apprend en marchant !
- Semer plein de petites graines ;
- Se faire confiance.


COMMENT GARDES-TU TA MOTIVATION PENDANT LES MOMENTS DIFFICILES ?

Mes invités du podcast et tous celles et ceux que je rencontre dans le cadre de mes activités, sont une grande source de motivation et d’inspiration pour moi. Leur créativité, leur talent et leur générosité me donnent des ailes !

QUELLES SONT LES CLÉS DE LA RÉUSSITE SELON TOI ?

Être vraiment passionnée et habitée par son projet, se fixer des objectifs clairs et mesurables, savoir s’entourer de personnes positives et constructives, être créatif et enfin se remettre en question pour pouvoir passer aux étapes suivantes. 

Quand un gros imprévu arrive…


je priorise pour ne pas m’éparpiller et rester efficace pour trouver les bonnes solutions le plus rapidement possible.
 
Ma plus grosse peur en tant que businesswoman est…


de cesser de m’épanouir dans ce que je fais. Mais si cela arrive un jour, je sais que je trouverai autre chose !
 
La chose la plus courageuse que j’ai faite est…


de me lancer.
 
À 50 ans, si je pouvais revenir à l’époque de mes 20 ans, je me dirais…


 de m’écouter davantage !
 
La plus grosse leçon que j’ai apprise grâce à l’entrepreneuriat est…


qu’il n’y a pas de règle.

Mon dicton préféré est…

« Le beau est aussi utile que l’utile… Plus peut-être », une formule de Victor Hugo.

x Hélène x