ANGÉLIQUE JOUSSEAU

MA BOÎTE À FORMATIONS

QUELLES SONT LES RAISONS QUI T'ONT POUSSÉ À DÉMARRER TON ENTREPRISE ?

J’avais 27 ans lorsque je me suis mise en auto entreprise. Je venais d’avoir mon fils et j’arrivais au terme de mon contrat de gendarme adjoint en emploi spécialisé de coiffeuse. Je savais que pour des raisons de santé (problème aux chevilles), je ne pouvais pas travailler en tant que coiffeuse salariée ni dans aucun autre travail demandant une station debout toute la journée. Je dois aussi avouer que ce métier ne me passionnait plus.
J’ai donc, par envie et un peu par obligation, décidé de devenir mon propre patron et de créer mon propre emploi.

PARLE-NOUS DE TON ENTREPRISE :

Après mûre réflexion et différentes formations spécialisées dans le lissage brésilien et dans l’extension de cils, je lance Styliste Cil’Hair qui regroupe des prestations à domicile sur toute l’Ile-de-France. Puis, depuis 2013, je forme des femmes au métier de la beauté, du regard et de l’esthétique pour mon compte et pour celui de différents centres de formations d’où le nom de ma deuxième entreprise Ma boîte à formations. En ce qui concerne les prestations, je ne développe plus ma clientèle, mon objectif est maintenant, de développer la formation.

QUELLES ONT ÉTÉ LES PREMIÈRES ÉTAPES POUR FAIRE DÉCOLLER TON ACTIVITÉ ?

Me faire faire un site internet par une agence, ce qui coûte une fortune pour pas grand-chose finalement. J’ai posté des annonces sur des sites gratuits qui correspondaient à mon activité et j’ai cherché à faire des collaborations avec des salons de coiffure, une maquilleuse pro, etc.
​​​

QUEL A ÉTÉ LE MOYEN LE PLUS EFFICACE POUR ATTIRER DES CLIENTS AU DÉBUT DE TON ACTIVITÉ ET QUELLES SONT TES ASTUCES POUR CONSTAMMENT EN ACQUÉRIR DE NOUVEAUX ? 

Au début, je ne proposais que les prestations de service, les moyens les plus efficaces ont donc été le bon coin et le bouche à oreille. Maintenant, je suis en train de développer ma présence sur les réseaux sociaux pour trouver ma clientèle cible pour mes formations.

QUELS ONT ÉTÉ TES PLUS GROS CHALLENGES À CE JOUR ?

Mon premier challenge a été de donner une formation à cinq personnes alors que je ne maîtrisais pas assez le sujet de formation et que cela n’était pas prévu. Au bout des trois jours de formation, j’étais très fière de moi, je m’en étais sortie, j’avais dépassé mes peurs et les stagiaires étaient très contentes.
Ce qui me semblait être impossible avait été possible et il le fallait bien, car je n’avais pas le choix, j’avais déjà dit oui !
Mes autres challenges seraient le manque de confiance en moi, la peur de ne pas être légitime, la maîtrise des réseaux sociaux et trouver des clients afin de stabiliser mon entreprise.

 

COMMENT AS-TU SURMONTÉ CES DÉFIS ?

Comme toujours, je n’ai pas le choix et quand on n’a pas le choix, on est obligé de trouver des solutions. Donc je continue à me former régulièrement, j’essaie de me rapprocher d’autres entrepreneurs et je travaille avec une coach, car seule, je finis par tourner en rond.

FONCEZ, sans trop réfléchir non plus, parce que plus on réfléchit, moins on agit

QU'EST-CE QUI TE PLAÎT DANS LE FAIT D'ÊTRE TON PROPRE PATRON ?

Pas de pression de la part d’une hiérarchie qui ne nous écoute pas et qui ne nous porte aucun intérêt. Le travail, je le fais comme je veux et surtout comme je pense que c’est le mieux :-)

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À D'AUTRES FEMMES ENTREPRENEURS ?

Attention, il ne faut pas se leurrer : entrepreneuriat n’est pas égal à liberté, en tout cas, pas de suite. Entrepreneuriat signifie plus d'autonomie, responsabilités et beaucoup de travail. Faites aussi attention à l’équilibre que vous souhaitez avoir entre votre vie professionnelle et privée, il est important de vérifier que vos objectifs professionnels soient compatibles avec vos objectifs personnels et inversement.
Et pour finir, FONCEZ, sans trop réfléchir non plus, parce que plus on réfléchit, moins on agit. Vous ne pouvez pas tout prévoir donc lancez-vous et réajustez au fur et à mesure.


COMMENT GARDES-TU TA MOTIVATION PENDANT LES MOMENTS DIFFICILES ?

Je dois avouer que j’avais un peu perdu ma motivation depuis un moment, je me suis rendu compte que je tournais en rond et que je n’y arrivais plus. J’ai voulu reprendre un travail pour souffler, ne plus me prendre la tête, mais la façon de fonctionner de l’entreprise pffff, je retrouvais le pourquoi je ne voulais plus être employée. Et puis, quand cela fait 5 ans que vous êtes indépendante, les entreprises ne sont pas très enclines à vous employer. Alors, je me suis décidée à prendre une coach pour me remettre sur les rails.

QUELLES SONT LES CLÉS DE LA RÉUSSITE SELON TOI ?

Ca va peut-être vous paraître dingue, mais j’ai réalisé quelque chose l’année dernière :
OUI il faut de la détermination
OUI il faut y croire
OUI il faut savoir s’entourer
OUI il faut une super com’.
Etc., vous savez tout ça !
Ce que j’ai vraiment réalisé, c’est que j’avais peur de réussir !
Oui, je sais gérer l’échec, je sais rebondir, mais je n’avais jamais eu de vraie réussite professionnelle, celle que nous recherchons toutes et comme je ne connais pas, bah j’ai peur.
Donc n’ayez pas peur de réussir !

Quand un gros imprévu arrive je ...


cherche tout de suite une solution, il y en a toujours une. Sachez lâcher prise quand vous ne pouvez rien faire, la solution viendra.
 
Ma plus grosse peur en tant que businesswoman est ...


de ne pas atteindre mes objectifs.
 
La chose la plus courageuse que j’ai faite est ...


de passer mon CAP d’esthétique par correspondance l’année dernière.
 
À 50 ans, si je pouvais revenir à l’époque de mes 20 ans, je me dirais ...


" si tu savais tout ce que tu allais faire, tu ne te prendrais pas la tête comme ça ".
 
La plus grosse leçon que j’ai apprise grâce à l’entrepreneuriat est ...


de ne pas s’éparpiller.
 
Mon dicton préféré est ... 


« On a qu’une seule vie »