VANESSA CASTELAO

MIEL CITRON

QUELLES SONT LES RAISONS QUI T'ONT POUSSÉ À DÉMARRER TON ENTREPRISE ?

Le système scolaire t’impose de faire des choix très jeune. Dès le lycée, on te demande ce que tu veux faire. Alors quand tu ne sais pas, tu choisis des filières « généralistes ». Du droit, « parce que c’est bien le droit ». Et puis, après quelques années, j’ai préféré étudier l’ingénierie de la construction (c’est bien aussi le BTP « pour faire carrière »), mais après mon diplôme, j’ai travaillé dans l’immobilier, puis les énergies renouvelables. En fait, je ne me suis jamais sentie à ma place nulle part, je suis un électron libre (au grand désespoir de mes parents). Ce n’était pas une accumulation de petits jobs, à chaque fois j’ai vécu de belles et riches expériences, mais il me manquait toujours quelque chose.
Puisque je ne trouvais pas ma place, je me suis dit qu’il fallait la créer.

 

PARLE-NOUS DE TON ENTREPRISE :

Miel Citron est un réseau de vente à domicile sur le thème de la parentalité.  Partout en France, des « correspondant(e)s » sont formé(e)s pour animer des ateliers d’échanges et de démonstrations de produits de marques partenaires, aussi bien en puériculture, déco, cosmétique et jouet. 
L’objectif est de créer du lien social et surtout de permettre aux parents de découvrir d’autres manières de faire. « Etre parent autrement » en découvrant des pédagogies alternatives, privilégiant des produits naturels, simples et respectueux de l’enfant et de la planète.

Devenir parent va souvent de pair avec de grandes remises en question. Nous ne prétendons pas avoir de solutions miracles, juste des parents imparfaits qui accompagnent d’autres parents en quête de sens.
Les correspondant(e)s animent des pages Facebook locales permettant la géolocalisation dans chaque département.
Et de manière générale, le site www.mielcitron.com permet de demander un rendez-vous, de postuler au statut de « correspondant(e) », et consulter le blog collaboratif Le Mag’ (qui permet de faire intervenir des experts dans différents domaines).

QUELLES ONT ÉTÉ LES PREMIÈRES ÉTAPES POUR FAIRE DÉCOLLER TON ACTIVITÉ ?

En fait, Miel Citron est né il y a un peu plus de 3 ans, dans ma tête.  J’ai d’abord observé : les concepts, les conséquences, les dernières études, tout ce qui touchait à la parentalité.  Je me suis formée (pédagogies Montessori, Reggio, LSB [Langue des Signes adaptée aux Bébés], j’ai intégré des réseaux, des associations (notamment contre les violences dites éducatives ordinaires) et me suis rapprochée des influenceurs dans ces domaines.

Tout ce cheminement m’a permis d’avancer en tant que parent et les étapes se sont enchainées naturellement :
1/ créer « un océan bleu » (le marché de la puériculture est très concurrentiel (océan rouge), il fallait donc trouver une manière de se positionner différemment (océan bleu))
2/ mettre en place le système, créer les outils et négocier les partenariats avec les marques.
3/ Faire connaître le réseau auprès du public et recruter les correspondant(e)s.

QUEL A ÉTÉ LE MOYEN LE PLUS EFFICACE POUR ATTIRER DES CLIENTS AU DÉBUT DE TON ACTIVITÉ ET QUELLES SONT TES ASTUCES POUR CONSTAMMENT EN ACQUÉRIR DE NOUVEAUX ? 

Dès le début, le business model a été axé sur la fidélisation. Le but n’est pas de faire du « one shot », on a tous déjà été convié à une réunion de vente à domicile donc on sait que parfois, on préfère « avoir

piscine ».  Mon ambition est de fournir des rendez-vous aux correspondant(e)s afin qu’ils/elles puissent développer une véritable activité. Pour cela, il faut donc susciter l’envie, maintenir l’intérêt. La vente à domicile peut être un domaine très épanouissant, mais il faut faire la différence. Miser sur la qualité, l’authenticité et surtout la générosité d’un vrai partage, d’une réelle transmission de savoir, le bouche-à-oreille fait le reste. À mon sens, c’est cela le marketing relationnel, pas le fait de spammer ou vanter à tout va une « super opportunité qui change la vie » sur les réseaux sociaux.

 

QUELS ONT ÉTÉ TES PLUS GROS CHALLENGES À CE JOUR ?

Mon plus gros challenge a été de révéler au grand jour ce projet, longuement préparé. Probablement une peur irrationnelle (syndrome de l’imposteur ?). Pendant longtemps, je ne me suis pas sentie légitime, « entrepreneure ».  La graphiste qui a dessiné l’identité de Miel Citron (la bloggeuse belge Odile Sacoche) s’en rappelle encore, j’ai mis 3 mois à accepter qu’elle écrive « fondatrice » sur ma carte de visite !

 

COMMENT AS-TU SURMONTÉ CES DÉFIS ?

Comme toujours, j’ai beaucoup observé. Ceux qui avaient réussi, qui étaient

« fondateur/ CEO/ Président » d’une entreprise. J’ai intégré des réseaux (dont EntreprenHer l’année dernière) afin de rencontrer d’autres entrepreneurs.  Je n’aime pas trop le mot « networker », car j’ai l’impression que c’est un travail, une « action à faire dans le but de.. ». À mon sens, on ne rencontre pas pour avancer, on grandit à chaque rencontre et c’est comme ça qu’on avance.
Je me suis lancée le défi de rencontrer les personnes que j’admirais.
J’ai ainsi rencontré David Laroche, Olivier Roland, Biba Pedron et beaucoup d’autres personnes très inspirantes, mais la rencontre la plus déterminante a été Sylvain Carufel, le fondateur du site québécois La solution est en vous.
S’entourer de gens positifs, avec les valeurs et l’état d’esprit que nous voulons atteindre est essentiel. Et je rêve de rencontrer encore d’autres personnes, mais je ne dirais pas les noms.

Si un génie vous donnait la possibilité d’exaucer un vœu, quel serait-il ?

QU'EST-CE QUI TE PLAÎT DANS LE FAIT D'ÊTRE TON PROPRE PATRON ?

La liberté. Déjà à la fac, je préférais la bibliothèque plutôt que l’amphithéâtre. J’ai validé mon diplôme par correspondance. Même quand j’étais salariée, j’arrivais à négocier du télétravail. Je suis faite pour travailler, n’importe où, n’importe quand.
Mais le plus grand plaisir et la plus grande fierté, c’est de permettre à des personnes de travailler. Verser une rémunération (plutôt une commission car les correspondant(e)s ont le statut de vdi) est l’accomplissement ultime.

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À D'AUTRES FEMMES ENTREPRENEURS ?

Pas un conseil, mais j’aimerais plutôt inciter à se poser une question : si un génie vous donnait la possibilité d’exaucer un vœu, quel serait-il ?
L’essentiel est de trouver son pourquoi : pourquoi tu veux faire ça ? Pourquoi tu as choisi ça ? La raison profonde n’a pas forcément besoin d’être révélée, mais ce sera le moteur de la motivation.

COMMENT GARDES-TU TA MOTIVATION PENDANT LES MOMENTS DIFFICILES ?

Les mots ont une grande force. J’aime en avoir toujours sous les yeux.
Des citations, des phrases inspirantes, j’en mets partout, dans mes carnets, mais aussi des tableaux, sur les murs, des post it, etc.
Récemment, j’ai réussi une campagne de financement participatif et je me suis engagée à écrire le nom de chaque soutien sur un mur du bureau, un mur de gratitude, une réelle source d’énergie.
Et je me suis également fait tatouer la phrase « and nothing else matter » (traduction « et rien d’autre n’a d’importance ») sur l’avant-bras, comme un rappel de ce qui est essentiel.

QUELLES SONT LES CLÉS DE LA RÉUSSITE SELON TOI ?

Bien s’entourer et avoir une foi inébranlable.

Quand un gros imprévu arrive je...


Me prend en pleine face 3 milliards de pensées (des bonnes, des moins bonnes et des très mauvaises), alors je me dis « OK, concrètement, là, maintenant, tout de suite… » et je décompose en plusieurs étapes pour faire le 1er pas puis le second…

Ma plus grosse peur en tant que businesswoman est...


Être déconnectée du monde réel et des clients.

La chose la plus courageuse que j’ai faite est...


Accepter d’être imparfaite et d’assumer mes choix.
 
À 50 ans, si je pouvais revenir à l’époque de mes 20 ans, je me dirais...


Découvre encore plus de choses afin de pouvoir rêver encore plus grand.

La plus grosse leçon que j’ai apprise grâce à l’entrepreneuriat est...


L’humain sera toujours le paramètre le plus important.

Mon dicton préféré est...


Tout est toujours possible.

  • Entreprenher
  • Entreprenher

© 2018 by EntreprenHer